Il est tout à fait normal de se poser des questions avant d’intégrer une entreprise pour un stage : quels seront mes rôles dans cette entreprise ? Serai-je rémunéré ? Me fera-t-on signer une convention de stage ? Devrai-je la signer si on m’en proposait une? Aurai-je une attestation à la fin du contrat ? … Découvrez dans cet article l’essentiel de ce qui est à savoir concernant le stage en entreprise.

La question de la rémunération

Aux yeux de la loi, un stagiaire n’est pas un salarié. Il ne signe pas un contrat de travail, mais une convention de stage. Ce qui signifie qu’il ne peut pas être rémunéré comme un salarié classique. Ce que vous recevez en tant que stagiaire est appelé « gratification » ou indemnité de stage. Le montant dépend de ce que vous avez convenu avec votre recruteur. Sachez que vous devez obtenir une gratification pour un stage d’une durée de 2 mois et plus. Attention à ne pas vous faire piéger, car aucune loi ne précise que l’indemnité de stage doit être inférieure ou supérieure au montant du salaire minimum (Smic). C’est à vous de négocier le montant de votre gratification et ce qui est convenu doit être mentionné dans la convention de stage.

La question de la convention de stage

Une convention de stage est un document écrit qui énumère les termes du recrutement. Le plus important est que le document indique les compétences que vous allez acquérir ou développer durant le stage. Il doit aussi lister les activités qui vont vous être confiées et doit préciser le montant de votre indemnité et son mode de règlement. Dans les cas où vous bénéficiez d’avantages, ceux-ci devront être listés dans la convention : pris en charge du transport et de la restauration. Le document n’est valable que s’il a été signé par le dirigeant de l’entreprise, l’établissement d’enseignement et vous-même.

La question de la durée du stage

Un stage ne doit pas dépasser 6 mois. Pour calculer la durée de votre stage, comptez le nombre d’heures que vous avez passé dans l’entreprise. Si vous êtes resté 7 heures dans les locaux de celle-ci, consécutives ou non, il est considéré que vous avez travaillé une journée. Pareillement, si vous avez travaillé pendant 22 jours au sein de l’entreprise, vous êtes considéré y avoir travaillé un mois. Pour ce qui est des congés et absences, vous serez considéré comme un employé ordinaire si votre convention de stage ne mentionne rien les concernant. Ce qui signifie que vous bénéficiez de congé de maternité, de paternité ou d’adoption.

En cas d’embauche

Si l’entreprise a encore besoin de vos services après 3 mois de stage, le dirigeant peut renouveler votre contrat pour 3 mois supplémentaires ou bien il doit vous embaucher en tant que salarié. Dans ce deuxième cas, les 3 mois de stage sont considérés comme une période d’essai et seront comptabilisés pour tout ce qui se rapporte aux droits à l’ancienneté.