Certains étudiants aujourd’hui sont en grande difficulté à cause notamment des gros écarts des prix qui existent entre les différents logements privés.

Le résultat d’une enquête menée par le réseau d’agences immobilières Century l’a d’ailleurs prouvé. Alors qu’un étudiant résidant à Rodez peut facilement dénicher une habitation à proximité de son établissement pour seulement 210 euros par mois, comprenant toutes les charges, un studio situé à Paris coûte quant à lui 1 170 euros.

Notez d’ailleurs que les loyers les moins chers de la capitale sont à l’Est, dans les 12ème et 20ème arrondissements. Dans ces lieux, il est possible de bénéficier d’un loyer respectif de 600 et de 630 euros. En tant qu’étudiant, pour dénicher des conseils utiles pour la vie d’étudiant, je vous conseillerai de visiter le site http://www.17h43.com.

Privilégiez la Seine-Saint-Denis

Pour bénéficier d’un loyer plus abordable, je vous suggérerai d’opter pour les quartiers en banlieue. Effectivement, une location de logement à Nanterre et à Boulogne-Billancourt atteint les 600 euros. Ceci est valable pour les Yvelines, alors qu’il se trouve à plus de 10 km de Paris.

En ce qui concerne le Val-de-Marne, il faudra compter aux environs de 650 euros. En général, les tarifs pour acquérir des petites surfaces ne cesseraient de s’accroître dans la capitale. Selon l’analyse réalisée par l’union nationale des étudiants de France, cette situation est liée au non-respect de l’encadrement des loyers.

À l’heure actuelle, la Seine-Saint-Denis est la meilleure solution pour jouir d’un loyer moins cher en Ile-de-France. À titre d’exemple, pour une petite surface à Drancy, une commune reliée à Paris par le RER B, il faut débourser 250 euros.

Le loyer est trop important pour les étudiants

À l’inverse de ces nombreuses villes trop chères, Rodez est une destination idéale pour dénicher des loyers très attractifs moyennant les 300 euros.

Le premier poste de dépense des étudiants est d’ailleurs le logement. En moyenne, il concerne 55 % des dépenses mensuelles. En clair, le loyer reste une charge trop lourde pour ces derniers. En 2015, la Cour des comptes a sorti un rapport indiquant que seulement 11 % des étudiants disposent d’un logement universitaire. Mais l’État a promis la construction de 40 000 places supplémentaires pendant le quinquennat. Des engagements que nous tâcherons de suivre de près.