Les nouveaux bacheliers l’ont bien compris : ils doivent s’affilier au régime étudiant de Sécurité sociale s’ils veulent poursuivre des études universitaires. Ce régime est proposé et géré par un organisme spécialisé qui est communément appelé Mutuelle étudiante, lequel s’engage à prendre en charge le remboursement des soins et frais médicaux en cas de problème de santé de son affilié. Que faut-il réellement savoir sur la mutuelle étudiante ?

La Sécu est différente de la complémentaire santé

Une mutuelle santé étudiante peut vous proposer deux prestations lors de votre affiliation à la Sécu : la Sécu proprement dite et la complémentaire santé. Sachez que la deuxième n’est pas obligatoire. Vous avez le choix entre y adhérer ou non, car la Sécu prendra en charge un remboursement à hauteur de 70 % de vos frais médicaux en cas de problème de santé. Le reste des frais vous incomberont dans le cas où vous n’adhérez pas à une complémentaire santé. Mais, c’est une question de choix avant tout et personne ne devra vous forcer. Vous allez bénéficier de la Sécu jusqu’à vos 28 ans. La règle d’or est de bien réfléchir avant de s’engager, car une complémentaire santé demande aussi une cotisation mensuelle.

L’étudiant est libre de choisir sa Sécu

Seule la LMDE est reconnue au niveau national actuellement. Il s’agit du centre national de sécurité sociale. Les autres Sécu, comme SMEREP et SMEBA sont gérées par des centres régionaux, comme Emevia. Il incombe à l’étudiant de choisir le centre qui lui convient. Il est conseillé de toujours faire le bon choix alors que ces organismes proposent approximativement les mêmes prestations, notamment en ce qui concerne le taux de remboursement. Pour s’affilier au régime étudiant, il faut payer environ 215 €. Rappelons qu’un étudiant ne sera plus affilié à la Sécu de ses parents après son inscription universitaire. Une carte Vitale lui sera délivrée avec son propre numéro de Sécu.