L’annonce du gouvernement concernant la légalisation des paris en ligne pour les deux opérateurs nationaux Singapore Turf Club et Singapore Pools a fait réagir l’archevêque catholique du pays, Mgr William Goh. Ce dernier n’a d’ailleurs pas hésité à publier en mois d’octobre une lettre pastorale pour donner son avis.

Cette lettre révèle notamment son inquiétude par rapport à la démocratisation des jeux en ligne. Lorsque vous allez la lire, vous comprendrez les raisons de ses préoccupations.

La politique du gouvernement singapourien par rapport aux jeux d’argent

Depuis quelques années, le gouvernement du pays a adopté une approche pragmatique dans sa manière de gérer les jeux d’argent. En effet, en 2005, la construction de deux casinos à Singapour avait déjà été autorisée par ce dernier. Une situation qui d’ailleurs a suscité un reproche de la part des institutions religieuses.

À l’époque, le chef du gouvernement, Lee Hsien Loong avait convié les autorités religieuses à soutenir l’action gouvernementale visant à limiter l’impact social de leur décision. Le gouvernement s’est seulement basé sur l’impact économique de cette réforme. D’ailleurs, depuis l’ouverture des casinos en 2010, on note une progression du nombre de touristes à Singapour. Par ailleurs, le pays affiche un nombre de personnes dépendantes aux jeux de hasard important.

Les autorités religieuses restent vigilantes

Le sujet est indéniablement très sensible pour les autorités religieuses. D’une part, ces dernières ne souhaitent pas encourager ce qu’elles perçoivent comme un vice. Et d’autre part, elles souhaitent éviter toute tension avec l’État. Ainsi, le MUIS, conseil religieux islamique de Singapour a fait part de ses inquiétudes.

De même, l’archevêque de Singapour a indiqué dans sa lettre pastorale les raisons de cette décision de la part du gouvernement. Ce dernier insiste surtout sur le fait qu’il est essentiel d’être très vigilant. Mgr Goh a d’ailleurs invité le gouvernement à bien évaluer les impacts de cette décision.