Les jeunes sont de moins en moins nombreux à participer aux élections de nos jours. Plusieurs idées expliquent cette situation, mais l’association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Ancej) a récemment effectué une étude pour la démontrer, dont les résultats ont été rapportés par Monde Campus.

Les jeunes ne votent pas, mais voteront à l’avenir

L’Ancej a effectué son étude auprès d’un millier de jeunes âgés de 18 à 25 ans. Les résultats ont démontré que même si ces jeunes ne votent pas aujourd’hui, ils deviendront des électeurs en vieillissant. En fait, les jeunes qui votent lors de leurs deux premières élections ont plus de chances de devenir de bons électeurs que ceux qui ne le font pas. Ces derniers deviendront de vrais abstentionnistes.

Les jeunes sont déçus par la politique

La politique semble être un domaine frustrant pour les jeunes. En effet, pour eux, il y a un réel décalage entre l’offre politique et leurs attentes. Et c’est une situation de plus en plus décevante pour eux. Le vrai souci est que les jeunes d’aujourd’hui ont leurs propres idées et ils ne veulent pas accepter facilement les idéologies existantes. En outre, il y a aussi les mensonges dans la politique, car aux yeux des jeunes, les politiciens ne se soucient pas des préoccupations réelles de la population.

La communication politique n’est pas adaptée aux jeunes

D’après l’étude réalisée par l’Ancej, les jeunes sont réticents à aller voter parce qu’ils ne semblent pas comprendre les discours politiques qui ne leur sont pas destinés. En tout cas, c’est l’impression qu’ils ont. De plus, ils voient plus de spectacles dans les campagnes de certains candidats aux élections que de vrais programmes d’actions. En revanche, les jeunes aiment participer aux référendums que la majorité considère comme étant une forme de démocratie directe.